Maladies Respiratoires Bpco Emphysème



 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» me voici à mon tour
Dim 17 Juil - 18:57 par jean59

» Presentation
Sam 16 Juil - 20:03 par jean59

» Et la famille ?
Ven 15 Juil - 21:23 par jean59

» Séquestration pulmonaire
Ven 8 Juil - 10:08 par Libilule

» Séquestration pulmonaire
Ven 8 Juil - 10:01 par Libilule

» saturation en O2 dans gaz du sang de 92%
Mar 5 Juil - 15:29 par valck

» Résulta scanner
Lun 27 Juin - 3:55 par Pirs36

» oxygenotherapie
Sam 25 Juin - 6:51 par Randrianantenaina PAul

» medicament
Mar 7 Juin - 3:10 par maminou66

l amitié

bonjour invité

bonne lecture a vous tous

         invité

           

Décembre 2016
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 
CalendrierCalendrier
bpco

Partagez | 
 

 ARTICLE ORGANISATION MONDIAL DE LA SANTE pour la bpco

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin.fondatrice
fondatrice administratrice


Féminin Chien
Poissons Messages : 592
Localisation : metz
Date d'inscription : 04/11/2010
Age : 46

MessageSujet: ARTICLE ORGANISATION MONDIAL DE LA SANTE pour la bpco   Mer 19 Jan - 2:27

[b]Aide-mémoire N°315
Janvier 2011


--------------------------------------------------------------------------------

Principaux faits
La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie pulmonaire engageant le pronostic vital qui interfère avec la respiration normale – c’est davantage qu’une «toux du fumeur».
On estime à 210 millions le nombre de gens qui souffrent de BPCO dans le monde.
Plus de trois millions de personnes sont décédées d’une BPCO en 2005, ce qui correspond à 5% de l’ensemble des décès survenus dans le monde cette année-là.
Près de 90% des décès par BPCO se produisent dans des pays à revenu faible et intermédiaire.
La principale cause de BPCO est la fumée du tabac, due au tabagisme actif ou passif.
Cette maladie touche désormais presque autant de femmes que d’hommes, en partie du fait de l’augmentation du tabagisme chez les femmes dans les pays à revenu élevé.
La BPCO n’est pas curable, mais son traitement peut ralentir l’évolution de la maladie.
D’après les projections, le nombre total de décès par BPCO devrait augmenter de plus de 30% dans les dix ans à venir si l’on n’intervient pas pour réduire les risques, en particulier l’exposition à la fumée du tabac.

--------------------------------------------------------------------------------

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une affection pulmonaire caractérisée par un blocage persistant de l’écoulement des gaz inspirés au niveau des poumons. C’est une maladie pulmonaire sous-diagnostiquée, qui engage le pronostic vital, interfère avec le processus normal de la respiration et n’est pas entièrement réversible. Les expressions bien connues de bronchite chronique et d’emphysème ne sont plus utilisées. Elles sont désormais englobées dans le diagnostic de BPCO.

Symptômes
Les symptômes les plus courants de BPCO sont l’essoufflement (ou l’impression d’avoir besoin d’air), des expectorations anormales (mélange de salive et de mucus dans les voies aériennes) et une toux chronique. Les activités de tous les jours, par exemple le fait de monter quelques marches d’escalier ou de porter une valise, peuvent devenir très difficiles à mener au fur et à mesure de l’aggravation progressive de la maladie.

Diagnostic et traitement
La BPCO est confirmée par un test diagnostique simple appelé spirométrie qui permet de mesurer les volumes d’air qu’une personne est capable d’inspirer et d’expirer et la vitesse à laquelle l’air pénètre dans les poumons et en ressort. Du fait que la BPCO se développe lentement, elle est fréquemment diagnostiquée chez des gens âgés d’au moins quarante ans.

La BPCO n’est pas curable. Diverses formes de traitement peuvent aider à contrôler ses symptômes et à améliorer la qualité de vie des gens qui en souffrent. Par exemple, des médicaments qui permettent de dilater les principaux conduits aériens peuvent améliorer l’essoufflement.

Quelles sont les personnes à risque?
Il y a eu une époque où la BPCO se rencontrait plus fréquemment chez les hommes mais, à cause de l’augmentation du tabagisme chez les femmes dans les pays à revenu élevé et du risque plus élevé d’exposition à la pollution de l’air dans les habitations, du fait des combustibles solides utilisés pour la cuisine et le chauffage dans les pays à faible revenu, cette maladie touche désormais presque à égalité hommes et femmes.

Près de 90% des décès par BPCO se produisent dans les pays à revenu faible et intermédiaire où des stratégies efficaces de prévention et de lutte ne sont pas toujours mises en oeuvre ni accessibles.

Facteurs de risque
La BPCO est une maladie évitable. La principale cause de BPCO est la fumée du tabac (notamment le tabagisme passif). Les autres facteurs de risque sont les suivants:

pollution de l’air dans les habitations, par exemple, lorsqu’on utilise des combustibles solides pour la cuisine et le chauffage;
pollution de l’air atmosphérique;
poussières et produits chimiques en milieu professionnel (vapeurs, produits irritants et fumées);
des infections fréquentes des voies respiratoires inférieures au cours de l’enfance.
Le nombre total de décès par BPCO devrait, selon les projections, augmenter de plus de 30% dans les dix ans à venir, sauf si l’on prend des mesures d’urgence pour réduire les facteurs de risque sous-jacents, en particulier le tabagisme.

Réponse de l’OMS
Les travaux de l’OMS sur la BPCO s’inscrivent dans les efforts de l’Organisation visant à lutter contre les maladies chroniques. L’OMS a pour but:

de sensibiliser à l’épidémie mondiale de maladies chroniques;
de créer des environnements plus sains, en particulier pour les populations pauvres et défavorisées;
de diminuer les facteurs de risque courants des maladies chroniques tels que le tabagisme, la mauvaise alimentation et la sédentarité;
de prévenir les décès prématurés et les incapacités évitables dus aux principales maladies chroniques.
La Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (FCTC) a été élaborée en réponse à la mondialisation de l’épidémie de tabagisme, dans le but de protéger des milliards de personnes de l’exposition nocive au tabac. C’est le premier traité mondial en matière de santé négocié par l’Organisation mondiale de la Santé et il a été ratifié par plus de 167 pays.

L’OMS conduit également l’Alliance mondiale contre les affections respiratoires chroniques (GARD), une alliance volontaire d’organisations, d’institutions et d’organismes nationaux et internationaux travaillant au même objectif visant à réduire la charge mondiale de morbidité due aux maladies respiratoires chroniques. Elle a pour objectif un monde dans lequel chacun pourrait respirer librement. L’Alliance se consacre plus particulièrement aux besoins des pays à revenu faible et intermédiaire et aux populations vulnérables.

Revenir en haut Aller en bas
http://bpco.forumgratuit.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ARTICLE ORGANISATION MONDIAL DE LA SANTE pour la bpco   Jeu 20 Jan - 5:49

La réhabilitation respiratoire, indiquée dans la BPCO même en cas de surpoids
Publié le 19/01/2011













La bronchite chronique obstructive (BPCO) se manifeste entre
autre par une dyspnée et une intolérance à l’effort. Si une perte
de poids et une fonte musculaire sont des signes de mauvais
pronostic au cours de cette affection, on peut également observer
dans certains cas la présence d’une surcharge pondérale voire
d’une obésité.
Des auteurs canadiens ont examiné l'influence de la corpulence
sur la fonction pulmonaire, la tolérance à l'exercice, la
qualité de vie et la réponse à la réhabilitation respiratoire dans
la BPCO.
Les 261 patients étudiés sont issus d’une cohorte prospective
visant à comparer la réhabilitation en centre de soins ou au
domicile. Ils sont atteints de BPCO stable. Ils ont été répartis en
trois groupes en fonction de leur indice de masse corporelle (IMC)
et selon la classification de l’OMS : normal pour un IMC
compris entre 18,5 et à 24,99 kg/m2, avec un surpoids
(IMC de 25 à 29,99 kg/m2) et obèses avec un IMC supérieur à 30
kg/m2. La fonction pulmonaire de base, les résultats à
un test de marche de 6 minutes, le temps d'endurance au cours d'un
test d'effort à niveau constant sur bicyclette ergométrique et le
score à un questionnaire de qualité de vie, le St. George's
Respiratory Questionnaire ont été mesurés à l’état basal puis après
réhabilitation (durant 6 à 12 semaines selon la capacité des
centres).
Parmi les patients étudiés, 60 % sont obèses (78 patients) ou en
surpoids (n=95). Ce pourcentage correspond à la proportion des
sujets canadiens de plus de 40 ans en surcharge pondérale ou
obèses. Les malades des groupes obésité et surpoids ont une
obstruction significativement moins sévère par rapport aux patients
avec IMC normal. Le test de marche basal est plus altéré dans le
groupe obèse (- 65 mètres) et dans le groupe surpoids (- 49 mètres)
que dans le groupe IMC normal. En revanche le test d’effort sur
bicyclette, de même que les résultats du questionnaire de qualité
de vie sont similaires quel que soit le groupe.
Après réhabilitation, on note une amélioration dans chacun des
groupes pour le test de marche, faible mais significative (en
moyenne entre + 15 et + 21 mètres, p<0,01). La durée
d’endurance au test d’effort est aussi plus longue dans tous les
groupes, de façon également significative. Le questionnaire de
qualité de vie s’est considérablement amélioré dans chaque groupe
(diminution de 7 à 8 points, p <0,01).
Ces résultats montrent que, en lien avec « l’épidémie» d’excès
de poids que nous connaissons dans les pays industrialisés, un
grand nombre de patients BPCO sont également en surpoids ou obèses.
A fonction pulmonaire égale, ce sous-groupe de patient présente une
limitation plus rapide lors de la marche alors que la capacité
d’effort sur bicyclette est comparable dans tous les groupes. Le
poids n’a pas eu d’impact sur l'ampleur de l'amélioration après une
réhabilitation respiratoire, qui reste donc indiquée quel que
soit le profil du malade BPCO.


Dr Béatrice Jourdain
Revenir en haut Aller en bas
 
ARTICLE ORGANISATION MONDIAL DE LA SANTE pour la bpco
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gouvernement mondial - en préparation pour la venue future de l`antechrist
» Organisation de la restauration scolaire et collectivités territoriale
» tout sur le greffe osseuse alvéolaire
» personnel cuisine logé = internat tous les soirs?
» 20 Sujets d'exposés histoire de l'art 3e

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maladies Respiratoires Bpco Emphysème :: Les membres :: documentations sur la bpco :: documentation BPCO , emphyseme :: BPCO (insuffisance respiratoire,emphyséme,asthme-
Sauter vers: