Maladies Respiratoires Bpco Emphysème



 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Derniers sujets
» Aucune prise en charge par la CPAM et l'aah
Ven 11 Mai - 6:57 par Joel

» Presentation
Mer 2 Mai - 19:21 par michel bon

» Bpco niv.4
Mar 17 Oct - 21:09 par delam

» Et la famille ?
Sam 1 Juil - 19:36 par jean59

» me voici à mon tour
Dim 17 Juil - 18:57 par jean59

» Séquestration pulmonaire
Ven 8 Juil - 10:08 par Libilule

» Séquestration pulmonaire
Ven 8 Juil - 10:01 par Libilule

» saturation en O2 dans gaz du sang de 92%
Mar 5 Juil - 15:29 par valck

» Résulta scanner
Lun 27 Juin - 3:55 par Pirs36

l amitié

bonjour invité

bonne lecture a vous tous

         invité

           

Décembre 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31      
CalendrierCalendrier
bpco

Partagez | 
 

 apnée du sommeil et libido

Aller en bas 
AuteurMessage
le barde
je lache pas le morceau
je lache pas le morceau
avatar

Masculin Chèvre
Sagittaire Messages : 143
Localisation : macon ( sous un cep de vigne)
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 75

MessageSujet: apnée du sommeil et libido   Dim 23 Oct - 4:01

Fatigue et perte de libido ? Et si c'était un syndrome d'apnées du sommeil ?






Fatigue, somnolence, ronflements, trouble de l'humeur, de la concentration, mais aussi baisse de la libido et troubles érectiles, sont des symptômes évocateurs d'un sérieux problème de santé : le syndrome d'apnées du sommeil. Une fois diagnostiqué, il se traite facilement, ce qui permet de retrouver la forme et une vie sexuelle normale.
Les problèmes de sexualité restent un sujet tabou

La sexualité occupe une place primordiale dans la vie des hommes
et des femmes. Toute défaillance physique ou psychologique dans ce
domaine entraîne des répercussions conséquentes. Pourtant, même si on en
parle de plus en plus, notamment depuis l'arrivée du très célèbre
Viagra®️, ce sujet reste tabou. Or si parler de ses troubles sexuels
à son médecin permet de trouver une solution efficace, cela peut aussi
être l'occasion de découvrir certaines maladies sous-jacentes, notamment
cardiovasculaires. Une nouvelle étude démontre cette fois que les apnées du sommeil représentent l'une des maladies susceptibles de retentir sur la vie sexuelle tant chez les hommes que chez les femmes.
Apnées du sommeil révélées par la fatigue, les ronflements et une sexualité en berne

Les apnées du sommeil se caractérisent par des arrêts respiratoires brefs qui se répètent au cours du sommeil. Cette affection se traduit souvent aussi par des ronflements.
Il est très fortement conseillé de diagnostiquer cette maladie et de la
traiter car en entravant le sommeil, les conséquences de la fatigue
et d'un manque de vigilance peuvent être dramatiques, notamment en
augmentant le risque d'accidents domestique, du travail et de la route.
Si le traitement des apnées du sommeil est
contraignant, son principe est extrêmement simple. Il repose sur la
pression positive continue, technique qui consiste à appliquer un masque
sur le nez durant la nuit, lequel envoie de l'air sous pression afin de
maintenir les voies aériennes supérieures ouvertes.


Page précédente

  • 1
suite
La fréquence du syndrome d'apnées du sommeil augmente avec l'âge

Si cette maladie est très fréquente, un adulte sur cinq, très peu sont
diagnostiqués et donc traités. On estime que neuf malades sur dix
ignorent en être atteints. Les hommes sont deux fois plus touchés que
les femmes, mais la fréquence globale des apnées du sommeil augmente avec l'âge, notamment à partir de 40 ans et encore plus particulièrement chez les personnes en surpoids.
Apnées du sommeil et conséquences sur la vie sexuelle

Jusqu'à aujourd'hui, on a essentiellement parlé des conséquences des apnées du sommeil chez les hommes, en démontrant que ce syndrome favorise les troubles érectiles. Très peu d'études ont porté sur les femmes. Or les conséquences sur leur vie sexuelle sont
toutes aussi réelles. Les femmes apnéiques souffrent d'une baisse du
désir, des sensations, de lubrification et d'orgasme. Près de 93%
d'entre elles n'en auraient pas conscience et subissent cet impact
négatif sur leur vie de couple.

Les femmes, tout comme les hommes, doivent donc connaître et reconnaître ce syndrome d'apnées du sommeil et
ses répercussions. En parler à son médecin permettra de diagnostiquer
cette affection, de la traiter et d'améliorer ainsi la vie quotidienne,
dont la vie sexuelle.
En cas d'apnées du sommeil, il convient aussi d'être davantage attentif à sa santé et aux dépistages car cette maladie augmente notamment les risques cardiovasculaires et de diabète….
Revenir en haut Aller en bas
https://facebook.com/michelraymond.gaudillat
le barde
je lache pas le morceau
je lache pas le morceau
avatar

Masculin Chèvre
Sagittaire Messages : 143
Localisation : macon ( sous un cep de vigne)
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 75

MessageSujet: Re: apnée du sommeil et libido   Dim 23 Oct - 4:20

suite :








La CNAMTS veut-elle abandonner les patients traités par PPC ?

A
force de chercher des économies (ce que l'on peut comprendre par
ailleurs), la CNAMTS propose maintenant de laisser les patients seuls
avec leur traitement.

Sur la base d'une surprenante étude qui
compare des tarifs de remboursement européens, la CNAMTS se fait fort de
trouver 70 millions d'économies en baissant de 25 % les tarifs de
remboursement du forfait PPC. Elle justifie cette proposition par de
soit disant mauvais taux d'observance ; jugez plutôt : 8 à 10 % des
patients abandonnerait leur traitement (source : propos rapporté). Mais
cela signifie donc que plus de 90 % des patients sont observants ! Les
prestataires de santé à domicile évaluent ce taux à plus de 80 % à 6
mois , obtenu notamment grâce l'accompagnement très important qu'ils
réalisent. Quel médicament peut revendiquer un taux aussi bon ? Est-ce
bien là qu'il faut chercher des économies ?



Autant dire qu'avec un quart de remboursement en
moins, les prestataires de santé à domicile ne vont plus mettre en
œuvre, en concertation avec le médecin, de programmes de formation
initiale du patient à son traitement et de remobilisation des patients
en baisse d'observance, comme ils le font aujourd'hui. Le patient sera
seul avec sa machine et il gérera tout seul ses baisses de motivations,
ses difficultés personnelles. Est-ce cela qu'on appelle de l'éducation
thérapeutique ?

Pourquoi risquer de dégrader ces bons résultats ?
est ce une vraie économie ou un trompe l'œil ? La CNAMTS
privilégie-t-elle une vision court termiste au détriment de la santé des
patients ? On est en droit de se le demander.

Restons vigilants,
les arbitrages ne sont pas encore rendus, mais il faudra au besoin que
les patients une nouvelle fois se mobilisent pour que les économies ne
soient pas faites sur leur dos !


Alain MUREZ, président de la FFAAIR
-------------------------------------------------------------------------------------








La CNAMTS veut baisser la facture de la PPC






23 septembre 2011 par |
Catégorie: Actualité sur l'apnée |








/uploads/2011/09/Apn%C3%A9e-S%C3%A9cu1.jpg" class="postlink" target="_blank" rel="nofollow">content/uploads/2011/09/Apn%C3%A9e-S%C3%A9cu1-236x300.jpg" style="width: 180;height: 209" border="0">Le Syndrome d’Apnée du Sommeil (SAS)
constitue un enjeu économique et sanitaire croissant pour
l’assurance-maladie qui estime que des gisements d’économies existent du
côté de la prise en charge de la maladie.




L’apnée du sommeil touche environ 3 millions de personnes en France
et sa prévalence, deux fois plus élevée chez les hommes que chez les
femmes, augmente avec l’âge et le surpoids, nous explique le Conseil de
la CNAMTS en juillet dernier. Compte tenu de cette évolution, la caisse
nationale entend faire pression sur les dépenses globales en appareils
de pression positive continue (PPC) qui constituent, nous explique son
récent rapport (1) le facteur principal de progression des dépenses de
la liste des produits et prestations remboursables (LPP) qui s’élèvent à
quelque 964 millions d’euros en 2010 (tous régimes confondus). « En
2010, les remboursements pour la PPC seule se montaient à 339 millions
d’euros, soit près du tiers des dépenses du poste respiratoire (+ 15 %
en 2009, +8 % en 2010). Il existe des « marges d’efficience dans le
traitement de l’apnée du sommeil » nous explique la CNAMTS. Une
efficience qui risque de se traduire par une baisse de la prise en
charge et/ou par un contrôle plus étroit de l’observance du traitement
par PPC. « L’observance du traitement par PPC est primordiale pour
assurer l’efficacité du traitement, note la caisse nationale. Or,
plusieurs sources indiquent des problèmes d’observance en France. Par
exemple, un prestataire estime que 8 à 10% des patients par an arrêtent
leur traitement ».



Les prix vont être passés à la loupe



« Ces prestations sont prises en charge sous forme de forfaits
hebdomadaires dont la nomenclature remonteà près de 10 ans et doit être
revue en 2012 par la HAS », poursuit l’assurance maladie. En comparant
les prix pratiqués à l’étranger, la CNAMTS note que la prise en charge
française est de 1 170 euros par an et par patient à comparer en
Allemagne à un tarif trois à quatre fois inférieur pour une prestation
comparable (d’environ 250 à 400 euros par an par patient). Elle observe
également avec attention des modes de prise en charge en Europe « plus
efficients en termes de développement des diagnostics à un moindre coût,
d’observance et de responsabilisation des patients ». Conclusion : les
caisses locales sont invitées à surveiller plus étroitement l’observance
des traitements par les malades. Ceux qui ne suivent pas « normalement »
leur traitement – 3 heures par nuit au minimum – pourraient devoir
rendre leur matériel. Les prestataires sont également dans la ligne de
mire de la CNAMTS : « Dans un Land du Nord de l’Allemagne, un des plus
importants assureurs a limité à deux le nombre de prestataires de
traitement du SAS par une procédure d’appel d’offres, précise-t-elle. Ce
contrat valable quatre ans couvre toute la chaîne de prise en charge du
patient traité par PPC, à savoir la fourniture et la livraison
d’appareil et consommables associés, l’installation à domicile et les
réglages, la maintenance et les réparations, le désapareillage. » Le
tout pour un tarif trois à quatre fois inférieur ! Affaire à suivre.

_________________
Image hébergée par servimg.com

fumer même avec des Q filtres tue
Revenir en haut Aller en bas
https://facebook.com/michelraymond.gaudillat
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: apnée du sommeil et libido   Dim 23 Oct - 5:35

et ben, je viens d'entendre au journal télévisé de FR3 que la sécu ne rembouserait plus les déplacements des personnes en ALD. trop cool je trouve, je suppose que ceux qui ont toutes ces bonnes idées pour faire des économies ne sont pas malades!
Revenir en haut Aller en bas
le barde
je lache pas le morceau
je lache pas le morceau
avatar

Masculin Chèvre
Sagittaire Messages : 143
Localisation : macon ( sous un cep de vigne)
Date d'inscription : 08/10/2011
Age : 75

MessageSujet: Re: apnée du sommeil et libido   Dim 23 Oct - 6:01

attend, c'est pas fait car ça va augmenter les hospitalisations :

moi j'ai des copines qui vont en rééduc en hopital de jour ; le vsl les mène le matin et elles rentrent le soir: souvent c'est à plusieurs kml de leur maison: ben elle se feront hospitaliser pour 1 mois et ça coutera 3 fois + cher

_________________
Image hébergée par servimg.com

fumer même avec des Q filtres tue
Revenir en haut Aller en bas
https://facebook.com/michelraymond.gaudillat
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: apnée du sommeil et libido   

Revenir en haut Aller en bas
 
apnée du sommeil et libido
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche d'apnée du sommeil : question bête !
» Etude apnée du sommeil
» Insomnie et apnée du sommeil
» Apnée du sommeil,toubles du sommeil et fatigue chronique
» Apnée du sommeil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Maladies Respiratoires Bpco Emphysème :: Les membres :: documentations sur la bpco :: documentation soins débat :: soins, conseils, medicaments-
Sauter vers: